Zone industrielle de Tafraoui
Après Fiat, des véhicules Peugeot et Citroën y seront assemblés
Le groupe Stellantis qui assemblera, dès décembre 2023, des voitures Fiat dans la zone industrielle de Tafraoui, veut aussi assurer à moyen terme le montage des véhicules Peugeot, Citroën et Jeep sur le même site industriel. Un terrain de 130 hectares a été déjà affecté pour ce projet situé dans la zone industrielle de Tafraoui. Pas moins de 80 hectares sont destinés aux fournisseurs et 40 hectares pour la pose des équipements propres à l’usine. Le site s’apprête à être alimenté en énergie électrique et en eau, et sera raccordé au réseau d’assainissement. Le groupe Stellantis, fruit de la fusion du Groupe français PSA et de Fiat Chrysler Automobiles (FCA), va assembler quatre modèles de voitures Fiat dont un utilitaire léger. Ce groupe automobile multinational franco-italo-américain exploite et commercialise quinze marques automobiles dont Peugeot, Citroën et Fiat. La première voiture Fiat sortira de l’usine oranaise au mois de décembre 2023. Une convention-cadre a été paraphée, en octobre dernier, entre le ministère de l’Industrie et le groupe Stellantis. L’accord prévoit un projet d’assemblage automobile de marque Fiat et développera les activités industrielles et les services après-vente et de pièces détachées de la marque à Tafraoui. Lors de la signature de cet accord, les dirigeants du groupe Stellantis ont promis que l’usine Fiat entamera son activité avec un rythme de 60.000 voitures par an à partir de la première année et atteindra à moyen terme 90.000 véhicules assemblés. Le cahier des charges fixant les modalités de l’activité de construction automobile a été signé, le 29 novembre dernier. Le groupe Stellantis a aussi paraphé un contrat avec l’agence algérienne de promotion de l’investissement.
Le wali d’Oran, Said Sayoud, a expliqué, récemment, que «le terrain de 130 hectares situé à Tafraoui qui était destiné au projet d’assemblage des voitures de la marque Peugeot sera mis à la disposition du groupe Stellantis pour construire l’usine Fiat. Toutes les infrastructures qui ont été mises à disposition de Peugeot seront affectées au profit du projet Fiat.» «Le projet atteindra un taux d’intégration de 40%», a déclaré le wali. «Pour faciliter le lancement de cette usine, nous avons quatre tâches à accomplir: alimenter le site en énergie électrique et en eau, assurer un raccordement au réseau d’assainissement en reliant l’usine à la station d’épuration d’El Kerma, et procéder enfin à la destruction de quelques constructions illicites mitoyennes au site, érigées sur un lit d’un oued qui, lors des intempéries, génère des inondations», a détaillé le wali. Le chef de l’exécutif s’est récemment réuni avec les représentants du groupe Stellantis, en présence de cadres du Premier ministère, du ministère de l’Industrie et de la wilaya d’Oran. Lors de cette réunion, le wali d’Oran a pris l’engagement «d’assurer toutes les facilitations nécessaires pour la réalisation de ce projet conformément aux instructions du Président de la République».
Il y a quelques années, un projet de réalisation d’une usine Peugeot Citroën Production Algérie (PCPA) était prévu à Tafraoui. L’usine devait assembler 25.000 véhicules par an avec un objectif de porter cette capacité à 75.000 unités. Les dirigeants de Peugeot Citroën avaient promis de produire trois modèles de Peugeot Citroën et créer 1.000 emplois directs et 4.000 autres indirects avec un taux d’intégration qui devait atteindre 40 % à la sixième année de production.
Mais la donne a complètement changé après la création du groupe Stellantis, fruit de la fusion du groupe français PSA et de Fiat Chrysler Automobiles (FCA).
Ilyès N

Complexe sidérurgique Tosyali
Plus de 800 millions USD d’exportations réalisés en 9 mois

Le complexe sidérurgique Tosyali de Béthioua (Oran) a réalisé plus de 800 millions USD d’exportations durant les neuf mois de l’année en cours, a-t-on appris mardi auprès de ce pôle. Le membre du Conseil d’administration, Alp Topcuoglu, a indiqué à l’APS que le complexe «Tosyali» a exporté plus de 1,1 million de tonnes de produits sidérurgiques, avec une légère augmentation par rapport à la même période de l’an dernier engrangeant des recettes dépassant les 800 millions USD.
Ces produits, notamment du rond à béton, les fils, les billes d’acier, les tubes spiralés résistants à la corrosion, entre autres, ont été exportés à partir des ports d’Oran, d’Arzew et de Mostaganem vers les pays d’Europe, d’Amérique du nord et latine et d’Afrique, a-t-on indiqué.
L’entreprise Tosyali ambitionne d’exporter 1,5 million de tonnes de divers produits de fer et d’atteindre le 1 milliard USD de recettes d’exportations durant l’année en cours. L’année écoulée, plus de 700 millions USD d’exportations ont été réalisés, selon la même source.
Le complexe sidérurgique de Béthioua compte également, au cours de la prochaine année, exporter environ trois millions de tonnes de produits sidérurgiques tout en répondant aux besoins du marché local, a ajouté le membre de son Conseil d’administration.